Les Années de Transition

Bonjour!

Bon, pour pas que tu te décourages, je t’explique (semi scientifiquement), pourquoi des fois tu as des périodes creuses après de belles performances.

Ça va tellement bien, et puis…Rien ne va plus. Pourquoi?

Plus tes attentes sont hautes, plus tu veux que tout ait bien. Réalistiquement, personne n’aime “avoir l’air fou”. Quand tu commences à bien performer, tu ne veux plus retourner dans les performances correctes, tu veux rester dans la game. C’est là que tu commences souvent à en faire trop. Tu te dis que si tu pousses plus, whip plus, cries plus, tu vas aller plus vite. MAIS NON, calme-toi deux secondes. La plupart du temps, si tu en fais trop, ton cheval ne comprendra pas et c’est là qu’il va commencer à moins performer. Les chevaux sont bien dans leurs habitudes, dans leur routine, alors garde trois choses en tête: Il faut toujours offrir une certaine stabilité à son cheval, il faut se permettre un temps d’adaptation et il faut garder un mindset positif.

  • Rester stable

J’en ai parlé dans des articles précédents, et je le redis: les chevaux sont des bêtes de routine et d’habitudes. Ils performent mieux lorsqu’ils sont dans leur zone de confort (habituellement…il doit surement y avoir des chevaux qui performent bien sous pression, mais c’est rare). J’ai déjà parlé de l’importance d’avoir une routine de warm-up, c’est la même chose dans tes runs.

Mais d’où vient ce concept?

Lors d’une clinique avec Shannon Kerr en 2017, elle nous a parlé du fait que c’est normal d’avoir une période “creuse” après une période d’amélioration. Quand ça va très bien, inconsciemment, on ajoute un stress sur les épaules de notre cheval pour que les bonnes performances continuent (on en veut plus alors on en fait plus). Il veut donc redescendre dans la “stress-free zone”, la zone plus stable, là où les performances sont moins excellentes mais plus rassurantes. Alors, si ton cheval te montre qu’il est capable d’en faire plus, fais-lui confiance, ça va venir tout seul! Pas besoin d’essayer de le pousser encore plus! Assure-toi qu’il soit toujours confiant et en contrôle de ses moyens, pour ça, la stabilité c’est la clé!

37606049_180828156121614_982041029530091520_n

  • Temps d’adaptation

Avec le progrès vient un temps d’adaptation. Quand les choses vont mieux, c’est cool, mais il faut s’attendre à des hauts et des bas. De là vient mon titre, “Les Années de Transition”. Ce sont les années où une semaine tu pleures de joie, et l’autre tu pleures parce que ça va mal. Premièrement, ne pleure pas, respire un peu et va faire une sieste! Deuxièmement, il faut accepter le fait qu’une période d’adaptation vient avec tout changement. Prends ça comme si ton cheval te montre que ton équipe peut être dans la game, mais qu’il reste du travail à faire. Prends ça comme un avant-goût de votre futur succès. Le succès, habituellement, ça vient graduellement!

  • Garder un mindset positif

Ça peut devenir facile de se décourager, mais il ne le faut pas! Le mental reste tellement important, et Dieu sait que les années de transitions jouent sur le mental. Cette année, j’ai commencé mon année en feu, j’ai eu un beau milieu de saison, puis j’ai fini mon année avec des runs moins belles et des remises en question. J’ai fait ma première run de l’année et ma dernière run de l’année dans le même manège. J’ai commencé l’année avec un 15.9 et je l’ai terminée avec un 16.7. Avec un cheval fatigué et qui n’avait plus le goût de me donner des temps de “rodeo horse”, je suis allée faire ma dernière run de l’année tranquillement, en m’assurant d’avoir trois beaux barils, ce que je n’avais pas eu depuis quelques shows. Je sais que mon cheval est capable de courir et de compétitionner contre les chevaux de rodéo, elle me l’a prouvé cet été. Par contre, je ne faisais plus de “runs clean dignes de ma jument”, et j’avais besoin de la ramener dans sa zone de confort pour qu’elle comprenne que même si ça va vite, trois beaux barils c’est aussi important qu’un temps sur le timer. En sortant du ring, j’étais découragée de mon 16,7, mais après réflexion, j’étais contente d’avoir pris le temps de “scratcher une go” pour le bien de mon équipe, d’être restée positive et d’avoir priorisé l’expérience et non une place dans le 1D.

Voilà mes quelques conseils si jamais tu vis un peu la même chose que moi!

N’oubliez pas de me suivre sur FB et Instagram: rodeoandthings

*photos par Andrée-Anne Pelletier photographie (suivez la FB!!)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s